August 7, 2019

June 21, 2019

Please reload

Posts Récents

Les gardiens se rattrapent !

January 5, 2017

Ah, gérer un refuge de montagne en été est une aventure formidable, on confirme ! En même temps aussi quelque peu frustrante.... Ces randonneurs qui serrent leurs chaussures de marche et endossent leur sacs-à-dos, avant d'aller tutoyer les Muverans, en nous laissant en plan avec une montagne...de vaisselle ! Alors on a décidé de se rattraper cet hiver, au Népal tant qu'à faire ! Prendre le temps de marcher, et rien d'autre, un pas après l'autre ! On démarre par une randonnée de 29 jours dans la région de l'Everest.

 

Le 23 novembre, nous arrivons sur Katmandou. Tout à gauche l'Eiger, Le Mönch et La Jungfrau... ah non... les Japonais ne viendraient pas à Interlaken !

 

On ne traîne pas dans la capitale, belle mais extrêmement polluée. 9h de bus infernal jusqu'à Jiri.

 

 1ère nuit à Jiri, tremblement de terre (Richter 5.6) à 5 h. du mat ! On saute du lit et bondissons dehors. Nous choisirons dorénavant des lodges en bois à un seul niveau....! La catastrophe d'avril 2015 a laissé des traces : nombre de maisons transformées en tas de pierres..... Les locaux ont reconstruit tant bien que mal, ils ont besoin que les touristes reviennent.

 

La fine équipe encore bien fraîche et bien propre des premiers jours ! On ne sait pas encore tous les paysages magnifiques qu'on va traverser. Forêts subtropicales à la végétation luxuriante, fougères, bananiers, citronniers, bambous énormes. Forêts de rhododendrons, sérieux, ici ce sont de grands arbres ! Forêts sèches de pins au sol sableux, prairies alpines.

 

Des dizaines de petits hameaux perdus, ravitaillés à dos d'hommes ou de mules, ce qui nous a rappelé des souvenirs !

 

 En chemin...

 

 ... ça bat le millet...

 

 ... et ça nous scrute avec curiosité !

 

 3e jour de marche, première vue d'un sommet, le Gauri Shankar, 7134 m.

 

 Tout freluquets, les porteurs soulèvent entre 80 à 100kg sur des kilomètres et des jours, hallucinant ! Notre fameux frigo de 60 kg sur 1h30 de marche, une partie de plaisir pour eux !

 

 Basse saison oblige, on est souvent seuls clients, alors on s'installe à la cuisine, près du feu. C'est aussi l'hiver au Népal, entre 0 et 5° dans les lodges la nuit, pas chauffées !

 

 Cuisine de rêve d'Irène !

 

 Arrêt méditation dans un magnifique monastère tibétain...

 

 7e jour, enfin la vue sur la chaîne, époustouflante ! Tout à gauche, le petit sommet minuscule, c'est l'Everest ! Encore 2 semaines de marche pour toucher sa base !

 

 Caravane de mules

 

 Coucher de soleil depuis une lodge, y a pire !

 

 Des prières partout, gravées dans la pierre...

 

 Au-dessus de la limite des arbres, des bouses de yak pour faire chauffer le poêle !

 

Namche Bazar, 3400 m, entouré de 6000, c'est un peu leur Zermatt, sans boutiques de luxe ! Sorte de "camp de base" avant l'Everest, où des centaines de randonneurs s'acclimatent avant de continuer jusqu'à plus de 5000 m. Heureusement on est en basse saison, peu de monde. Pour l'atteindre de Jiri, il nous aura fallu 11 jours de marche, 9000 m de positif, 7000 m de négatif, ouille ouille les mollets ! Les Népalais hurlent de rire, pardon non, c'est pas leur style, ils sourient gentiment quand on leur raconte. Et ils nous tuent en nous disant qu'eux font ça en 2 jours ! Les rudiments de népalais appris par Stéphane nous aident bien à rigoler avec les locaux !

 

Au-dessus de 3500, les mules font place aux yaks, ces danseuses de flamenco avec leur belle robe, leurs pompons colorés, leurs pieds agiles et leur grâce, on adore !

 

L'imposante et merveilleuse Ama Dablam.

 

 Stéphane mène des entretiens d'embauche pour Dorbon 2017, la sélection va être difficile !

 

Yak de bienvenue devant notre lodge à Lumde.

 

 La montée la plus éprouvante de ce trek, Renjo La, 5360 m. Inspire-expire à chaque pas, léger mal de tronche, une limite...

 

 Mais quel panorama à l'arrivée, à pleurer ! Au centre, l'Everest et le Lhotse, à droite le Makalu. Tout en bas au bord du lac, minuscule, le hameau de Gokyo où on est redescendus.

 

Nuit de pleine lune, le Cho Uyo, 6ème la plus haute, fait frontière avec le Tibet.

 

En direction du Pumori, 7161m. Une météo inespérée pour la saison  : sur 1 mois de marche, 25 jours de grand ciel bleu, pas de grand froid, il faisait bon la journée même à 5000 ! Les locaux nous donnent du very, very lucky !

 

 Coucher de soleil du sommet du Kala Patthar (5600m) : l'Everest, au centre, sans neige, culmine 1000 m plus haut que le Nupste, au 1er plan à droite, enneigé !

 

 Redescente à la frontale, sous un ciel scintillant !

 

En direction du Camp de base de l'Everest, un obstacle de glaces pour les candidats au sommet. Le soleil brille mais pas d'expédition en route, il ferait trop froid !

 

L'origami, une valeur sûre !

 

L'aventurier et la poule mouillée qui prend des photos !

 

20e jour = congé ! En pantoufles ! Lessive à la fontaine du village à 3°C max..., atelier "mo:mo" avec Mingma-la-gardienne, miam !

 

Soirée autour du fourneau avec Pema-le-gardien, guide ayant gravi l'Everest plusieurs fois, pote à Nicole Niquille. Quand Stéphane lui a raconté son trip en vélo et en particulier sa traversée du Tibet, il s'est exclamé : "Mais mon dieu ça c'est bien plus éprouvant que de gravir l'Everest !". Stéphane veut bien le croire, lui qui se sentait mourir d'épuisement ! Le fait qu'on soit aussi gardiens de cabane favorise les discussions. On sort nos photos de Dorbon. On raconte le quotidien, les clients, les recettes, les animaux, etc. Oh, ils hallucinent à nous voir traire des chèvres, trop drôle !

 

Question avifaune, on a surtout vu de beaux zoziaux, gypaètes, aigles, danphe (voyez Google!), des sortes de tétras, des passereaux multicolores... il y a aussi eu des tikas, sorte de petites souris, thars, genre chamois, martres, et puis évidemment, le fameux *Yéti* ! Mais ouais !

 

Dingboche, une boulangerie, on rencontre Tashi. Il nous demande d'où on vient. A entendre Switzerland il nous parle de son pote Ueli (Steck...). On lui retourne la question, il nous raconte... Fuite du Tibet à 12 ans avec son prof et une douzaine élèves, de nuit, sans rien dire aux parents... 7 jours de marche dans le froid à traverser les montagnes, rien d'autre à manger qu'un peu de tsampa, farine d'orge grillée mélangée avec de l'eau froide... un copain meurt en route... Arrivés au Népal, voyage jusqu'en Inde pour rejoindre le Dalaï-Lama et étudier. Enfin retour dans la vallée du Khumbu pour se marier avec une Sherpani....

 

 

Ça plane pour lui !

 

Après 29 journées, 18'000 m de dénivelé positif (2x l'Everest !), on quitte Lukla à bord d'un avion de bric et de broc dansant sur un semblant de piste en forte pente (voyez Google!).

 

S'immerger longuement dans des paysages sublimes, traverser d'immenses vallées au rythme lent de la marche, faire de belles rencontres avec des gens d'ici et d'ailleurs, passer une journée sans croiser personne, cultiver l'instant présent, en prendre plein les yeux de ces montagnes mythiques..... Et puis silences, pauses, marches méditatives, efforts jusqu'à nos limites, émerveillements... Vous l'aurez compris, notre besoin de marche, frustré à Dorbon, a été largement satisfait dans ces vallées du bout du monde. On a fini épuisés mais si heureux, reconnaissants, renforcés !

 

Please reload

Please reload

Archives