La recette du (fameux) rösti-œuf


  1. Lancer un avis de recherche. Avoir une amie connaissant un couple sympa qui a un élevage de poules. Bio en plus !

  2. Pouvoir compter sur d’autres amis qui viennent vous aider pour l’héliportage, et peuvent embarquer les poulettes en passant. Indispensable : un grand coffre et une caisse.

  3. Glisser la caisse dans la cabine de l’hélico juste avant le décollage. N’oubliez pas de récupérez à l’arrivée les 2 œufs aéropondus. Une délicatesse à réserver aux têtes-en-l’air.

  4. Oublier les grains de maïs. Les poules voyageuses ont le bec fin !

  5. Leur offrir les restes du menu du soir. Dhal, risotto, chili sin carne… elles se régaleront !

  6. Vous amuser de leur humeur buissonnière et petites escapades. Essayer de consolider la clôture et de leur couper les plumes des ailes. Elles trouveront cependant quand même le moyen de prendre de temps en temps la poudre d’escampette... mais rentreront sagement le crépuscule venu.

  7. Rester calme lorsque vous apercevrez deux yeux gourmands briller dans la nuit juste à côté du poulailler, et fermez bien la porte le soir !

  8. Recevoir comme un cadeau chaque œuf pondu. Ne pas se casser trop la tête s’il n’y en a pas pendant quelques jours. Après avoir fait toutes sortes d’hypothèses, un enfant plus malin que vous les trouvera dans un fourré. Pâques en été ? Tout est possible lorsque le sureau fleurit en septembre ...

  9. Si la neige arrive précocement, les mettre au chaud dans un carton pour la nuit. Comme les ânes seront descendus en catastrophe, bricoler une caisse et les porter sur votre dos jusqu’à Derborence, pour les remettre à leur nouvelle famille d’adoption. Elles méritent bien ce palanquin, après tous ces beaux œufs!

  10. Choisir un œuf selon votre inspiration, le casser, le faire dorer à la poêle avec une pincée de sel et de paprika, puis le glisser délicatement sur le rösti.

  11. Le servir avec joie.

Posts Récents
Archives